Historique

Le Bison d'Europe habitait jadis nos forêts. Il était même le plus grand mammifère de nos bois. A la fin de la préhistoire, on estime que ses populations étaient encore très importantes.


On le trouvait aussi bien dans les massifs forestiers de l'Europe de l'Ouest, de l'Europe Centrale et de l'Est.

Son déclin

La déforestation, conséquence de l'avancée de l'agriculture, alliée à une chasse pour sa viande et sa fourrure, ont eu quasi raison du bison dans toute l'Europe de l'Ouest dès le Moyen Age. Habitant privilégié de vastes massifs forestiers, il est alors contraint d'émigrer toujours plus au nord et à l'est du continent.


Au début du XXe siècle, sa situation est dramatique. Il ne reste plus que quelques centaines de bisons d''Europe. La première guerre mondiale a des conséquences catastrophiques. Les combats qui font rage dans les forêts de l'Europe de l'Est, les braconniers ainsi que les populations affamées massacrent presque totalement l'espèce.
A la fin des années 1920, il ne reste que quelques bisons d'Europe dans les zoos.

 

La Liste rouge, créée en 1963, constitue l'inventaire mondial le plus complet de l'état de conservation global des espèces végétales et animales. Son principal but est d'alerter le public et les responsables politiques sur l'ampleur du risque d'extinction qui frappe de nombreuses espèces et sur la nécessité urgente de développer des politiques de conservation. Elle incite et aide ainsi la communauté internationale à agir dans le sens de la réduction du taux d'extinction des espèces menacées. Le bison d'Europe est classé « espèce en danger (EN) » ce qui signifie que l'espèce est confrontée à un risque très élevé d'extinction à l'état sauvage. Les menaces aujourd'hui sont principalement d'ordre génétique du fait d'un lien de parenté très élevé des individus entre eux avec une forte consanguinité et d'une grande sensibilité aux maladies bovines.


A l'échelle européenne, le groupe UICN "Bison d'Europe" est responsable du programme de conservation et de réintroduction de l'espèce. Une de ses tâches principale est la gestion du cheptel. Chaque animal est recensé et possède une carte d'identité génétique renseignant sur ses origines et sa filiation. Ce document (Pedigree Book) résume les caractéristiques génétiques et sanitaires de chaque individu et permet d'organiser les mélanges et transferts d'animaux entre les groupes disséminés au travers de l'Europe.

 
Union internationale pour la conservation de la Nature UICN est la principale organisation non gouvernementale dédiée à la conservation de la nature.
La mission de l'UICN est d'influencer, d'encourager, et d'assister les sociétés dans le monde entier dans la conservation de l'intégrité et de la diversité de la nature ainsi que de s'assurer que l'utilisation de ces ressources naturelles est faite de façon équitable et durable.

 

Sa réhabilitation

La survie de l'espèce va dépendre de ces quelques animaux et de la volonté de quelques scientifiques visionnaires qui organisent un programme d'élevage et de croisements des derniers survivants, sous la forme d'échanges entre parcs animaliers.

En 1929, il est réintroduit dans la forêt polonaise de Bialowieza après dix ans d'absence. La deuxième guerre mondiale met un frein au développement de cette petite population, si bien que l'espèce ne compte alors que quelques dizaines d'individus.

Le programme de conservation est quasi revenu à son point de départ.


Inlassablement, l'ouvrage est remis sur le métier et en 1952, la population est à nouveau assez forte pour retrouver la liberté dans la forêt de Bialowieza (map), à cheval sur la Pologne et la Biélorussie. A partir des années 70, le nombre d'individus augmente rapidement et permet ainsi de songer à la création de nouvelles populations indépendantes, suffisamment éloignées géographiquement pour permettre de protéger l'espèce d'éventuelles épidémies ou de nouveaux conflits.

Ses populations actuelles

3'000 Bisons

Aujourd'hui, un peu plus de 3'000 bisons existent en Europe. Deux mille vivent en liberté dans les forêts de Pologne, Biélorussie, Russie, Ukraine et Lituanie. Mille vivent en captivité dans des zoos ou en semicaptivité dans des réserves ou des parcs. Il y a malheureusement trop peu de forêts assez vastes et bien préservées pour permettre à d'autres populations de vivre en liberté. La semi-liberté est donc un moyen de permettre à de nouvelles populations de se développer, dans ce que les scientifiques nomment des "cellules de conservation".

© 2019 réalisé par Sonomix 

  • Facebook Clean Grey
  • Twitter Clean Grey
  • LinkedIn Clean Grey