L'exploitation forestière

La forêt de Suchy ne va pas pour autant devenir une réserve sans interventions humaines. Selon la volonté de ses propriétaires, l'exploitation des bois sera maintenue avec cependant des modalités de gestion adaptées à cette situation nouvelle. L'enjeu est un équilibre entre une régénération permanente de la forêt et la présence de bisons qui vont se déplacer et se nourrir dans le sous-bois. Pour réussir ce challenge, la forêt de Suchy sera séparée en trois parcs. Chaque parc sera parcouru successivement par les bisons pendant environ 3 à 5 ans, laissant le reste de la forêt à la régénération et à un entretien forestier.

Suivi et gestion

Des mesures spécifiques vont être mises en place en parallèle pour garantir la pérennité des lieux. Les études préalables ainsi que les expertises qui suivront l'arrivée des animaux devront permettre en tout temps d'adapter le nombre de bêtes à la capacité d'accueil du site. En cas de sécheresse et en période hivernale au cours de laquelle il s'agira de limiter les dégâts à la végétation, il est prévu de compléter les besoins alimentaires des animaux par un affouragement. Il est également planifié de limiter l'accès à de petites zones de rajeunissement encore trop fragiles.

Une place pour les habitués

Malgré les barrières et la présence des bisons, les visiteurs et actuels usagers du Bois de Suchy auront aussi leur place, avec la possibilité de se promener dans la partie de la forêt en régénération comme ils le font aujourd'hui, de suivre l'un des sentiers aménagé autour du parc habité et qui sait, apercevoir quelques bisons se désaltérer.

Des retombées positives

Pour les habitants de notre pays et des contrées avoisinantes suisses et étrangères, le nom du village et de la forêt de Suchy va rapidement devenir une référence en matière de conservation du bison d’Europe.

La région de Suchy est paisible et tranquille. Pour les promoteurs de ce projet, en l'occurrence la commune de Suchy, ainsi que ses propriétaires (Commune d’Yverdon-les-Bains et privés), la création de cette cellule de conservation pour les bisons d'Europe ne doit pas venir troubler la quiétude de la région.

Déjà plusieurs questions se posent:

  • Les promeneurs, habitués du Bois de Suchy seront-ils toujours les bienvenus ?

  • Les chasseurs pourront-ils continuer à faire leur traque habituelle ?

  • Où iront vététistes, cavaliers et champignonneurs ?

 

Dans la mesure du possible, des compensations seront trouvées. Des itinéraires de contournement existent et resteront libres d’accès. Rappelons encore que les parcs en régénération seront accessibles comme avant (voir page 7) pour les visiteurs, promeneurs et chasseurs. Le parc occupé par les bisons restera accessible, mais sous sa propre responsabilité.

Trouvez quelques réponses ici

Une action pour la survie d'n espèce

Un tel projet a des conséquences, qui peuvent être jugées positives ou négatives selon la sensibilité et les intérêts de chacun. Il doit aussi permettre à quiconque de trouver ce qu'il peut donner à titre personnel pour qu'il devienne réalité : laisser un massif forestier à la nature pour permettre à une espèce de survivre est une action que la région de Suchy a décidé de faire.

© 2019 réalisé par Sonomix 

  • Facebook Clean Grey
  • Twitter Clean Grey
  • LinkedIn Clean Grey